Habitation bioclimatique à Chantepie

13 octobre 2012 | Publié dans Habitat | Par

Une maison en ossature bois proche du passif

Lieu : Chantepie
Type : maison individuelle
Construction : Ossature Bois
Programme : Maison T5, mezzanine
SHON Habitation : 194 m²
Année de réalisation : 2010
Performances : maison proche du passif.

Le terrain

Le terrain de l’opération se situe dans un lotissement à Chantepie, proche de Rennes.
La parcelle est orientée nord-sud et bénéficie d’un bon ensoleillement. Sa surface est de 900 m². Le terrain est plat et ne possède aucun arbre.

Le programme

Maison bioclimatique en ossature bois à faible impact environnemental, construite en matériaux sains.

Les pièces à vivre (salon, séjour, cuisine) sont ouvertes et disposent d’un maximum de volume. Elles sont ouvertes sur la terrasse/le jardin, créant ainsi une continuité entre l’intérieur de la maison et les espaces verts.

Le projet

Le bâtiment comprend un rez-de-chaussée et un étage construit en attique.
Un abri est intégré au volume d’habitation le long de la limite de propriété à l’Est, formant local de jardinage et préau ouvert pour abriter des véhicules.

L’entrée abritée donne sur un séjour toute hauteur, surplombé par une mezzanine desservant les chambres de l’étage.
Une « suite parentale » et une chambre situées au rez-de-chaussée sont isolées du séjour par un sas, et donnent sur une terrasse protégée des regards, exposée à l’ouest.

Caractéristiques techniques :

  • Ossature bois en Douglas
  • Plancher bois sur vide-sanitaire
  • Couverture Zinc et étanchéité EPDM
  • Production d’eau chaude solaire, capteurs tubulaires
  • Ventilation double-flux de marque Paul (agrée passif)
  • Poêle à bois

Articles en lien :

Suite →

Maison bioclimatique passive à Romillé

Maison passive Romillé-3d

17 juillet 2011 | Publié dans Actualités | Par

Le programme de cette maison passive est celui d’une habitation uni-familiale de 5 pièces, de conception bioclimatique, et de performance énergétique inférieure à 15 kWh/m²/an en énergie utile pour le besoin en chaleur (certification PassivHaus).

 

Passive_Romille_01

Façade sud sur le jardin.

Le terrain se situe dans un éco-lotissement à Romillé, Ille-et-Vilaine. L’étroitesse des parcelles favorise la construction en limites séparatives.

Les maisons voisines, non encores construites sont représentées, dans leur volumes maximum autorisés par des cubes gris, pour une simulation graphique de l’ensoleillement, dans le cas le plus défavorable.

La parcelle est orientée nord-sud et desservie au nord par une rue du lotissement.

 

Les matériaux de la construction :

 

Passive_Romille_02

Façade nord sur la rue.

Les matériaux utilisés en façade sont :

  • l’enduit pour l’étage de la façade nord et le rez-de-chaussée de la façade sud,
  • le bois en bardage naturel sur les volumes annexes au rez-de-chaussée au nord, et à l’étage de la façade sud (douglas jointif ou à claire-voie suivant localisation).

La maçonnerie de l’habitation est réalisée en brique de terre cuite pour les parties non chauffées, et en béton de chaux cellulaire isolé par l’extérieur pour la partie habitation. La maçonnerie de blocs à isolation répartie, doublée d’une isolation par l’extérieur plutôt qu’une ossature bois, nous permet d’obtenir une grande inertie thermique sur l’ensemble de la psurface intérieur des murs en plus d’une forte isolation. Les 2 systèmes, ossature bois et maçonnerie isolée par l’extérieur, sont intéressants, le choix peut donc être fait en fonction des contraintes locales et du goût des futurs habitants. Les calculs réalisés par un bureau d’étude permettent d’affiner les épaisseurs et la répartition. Les entreprises de maçonnerie peuvent être rassurées, l’habitat passif ne se passera pas de leurs compétences !

La toiture terrasse est réalisée en membrane d’étanchéité.

Les menuiseries sont en bois capoté aluminium.

 

Passive_Romille_03

 

L’étude thermique thermique :

Le rapport d’étude en phase d’avant-projet réalisée par le bureau d’étude Graine d’habitat prévoit un besoin de chauffage annuel de 12 kWh/m²/an.

 

Schéma bioclimatique

Articles en lien :

Suite →

Sortie du magazine be.passive #6

28 avril 2011 | Publié dans Actualités | Par

be.passive n°6 Le n°6 du magazine trimestriel ‘be.passive’ (Janvier-février-mars 2011)

Un magazine réalisé en collaboration avec la Passiefhuis-Platform
contenant 92 pages dédiées entièrement au passif !

Le magazine est disponible en ligne au format pdf.
Ne tardez pas à le découvrir !

Voir en ligne : http://www.bepassive.be/viewer/06/fr
Télécharger : http://www.bepassive.be/mag/06/bepassive06fr.pdf

Suite →

Oui, sans le nucléaire on peut se chauffer à la bougie, c’est branché !

maison-passive-paille

18 avril 2011 | Publié dans Actualités | Par

Oui, une simple bougie de table peut réchauffer une maison passive ! C’est tout à fait réel, c’est « branché » et pas du tout moyen-âgeux, ce n’est plus de la science-fiction non plus.

Le terme « bâtiment passif » désigne une construction garantissant un climat intérieur confortable aussi bien en été qu’en hiver sans système de chauffage traditionnel. (Passivhaus Institut)

maison-passive-paille

Projet de maison passive de l’atelier Architecture Verte

en collaboration avec Graine d’habitat, bureau d’études en efficacité énergétique et énergies renouvelables

 La maison passive utilise au mieux toutes les sources de chaleur disponibles, comme la chaleur du soleil, mais aussi la chaleur corporelle des habitants et celle fournie par l’électro-ménager. Une installation de chauffage classique n’est plus nécessaire et seul un chauffage d’appoint suffit pour les jours de grand froid.

Les grandes ouvertures bien orientées permettent au rayonnement solaire de chauffer l’habitat. L’enveloppe composée d’une isolation extrêmement efficace dans les murs extérieurs, les toits et les sols qui permettent de garder la chaleur à l’intérieur. Une régulation passive est fournie par une bonne « masse thermique » intérieure, composée de matériaux denses qui accumulent la chaleur et la rediffuse lentement ou à l’inverse qui gardent la fraîcheur en été.

Le bâtiment doit être étanche à l’air. Deux test d’infiltrométrie minimum sont réalisés en cours de chantier par une mise en dépression (blowerdoor test).

blowerdoor-test

test d’infiltrométrie

L’habitat passif doit être écologique et sain : pour une meilleure santé des habitants et du bâtiment lui-même, les parois extérieurs sont « perspirantes » et régulent l’hygrométrie passivement par la nature de leurs matériaux, choisis de préférence non toxiques et recyclables.

L’air intérieur est renouvelé par une ventilation mécanique contrôlée à double-flux, qui récupère la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air frais entrant.

Liens internes

Liens externes

 

Suite →

Architecture bioclimatique

Coupe - Maison bioclimatique

18 décembre 2010 | Publié dans Présentation | Par

Formation

Ecole Spéciale d'Architecture à Paris : cours de Marc Vaye sur l'architecture solaire et bioclimatique. L’atelier de Marc Vaye participait dès 1979 au colloque interchercheurs sur le solaire à Collioure.

MARC VAYE architecture bioclimatique : voir  http://www.esa-paris.fr/Vaye-Marc.html et http://ateliermarcvaye.blogspot.fr/

La conception architecturale bioclimatique

Elle allie le vivant et le climat au sein de l'habitat. On l'appelle aussi le "solaire passif".
Tenant compte du mode de vie des personnes, le bioclimatisme optimise les ressources données par le contexte géographique, climat, ensoleillement, températures, vents, la pluviométrie, pour conserver au long de l'année un climat confortable à l'intérieur de l'habitat tout en minimisant les dépenses énergétiques. Le bioclimatisme est issu de l'architecture régionale, qui était basée sur le climat et les ressources locales. Il s'est développé à la fin des années 70, suite aux premiers chocs pétroliers et prend en compte toutes les recherches contemporaines sur les formes, les techniques et les matériaux.

Tourné vers le soleil pendant les mois d'hiver, l'habitat bioclimatique accumule le rayonnement dans des matériaux denses à forte inertie thermique. La chaleur est conservée grâce à une isolation renforcée.
A l'inverse, l'habitat se protège des surchauffes d'été en empêchant le soleil d'entrer aux heures chaudes. La fraîcheur est conservée grâce à l'inertie des mêmes matériaux denses.

Coupe - Maison bioclimatique

Dans nos bâtiments éco-construits, les parois sont "perspirantes" : une régulation hygrométrique passive se produit, permettant à la vapeur d'eau de circuler et pour l'essentiel, de s'échapper de l'habitat.

Nous donnons aussi une grande importance au choix d'une bonne ventilation, complément indispensable d'une forte isolation.

Tous mes projets tiennent compte des apports solaires et des conditions climatiques locales dans la construction, depuis les premiers projets sur l’Ile de la Réunion en milieu tropical et volcanique jusqu'aux réalisations bretonnes de ces dernières années, et les constructions BBC ou passives.

 

Projet de logements - Saint-Paul, Ile de le Réunion

Logements à Boucan-canot pour Alain Bocquée architecte, Saint-Paul, La Réunion

Aujourd’hui nous désirons aller plus loin et nous proposons une architecture « verte », bioclimatique, écologique et saine.

 

« Comparée à toutes les crises d'ordre social, politique ou économique, la crise environnementale est celle qui met directement en cause la survie de l'espèce humaine et affecte gravement la biodiversité de la planète.

Aujourd'hui, nous sommes à l'aube d'une révolution architecturale. Comment construire en harmonie avec la nature ? De même que les architectes du début du 20ème siècle ont révolutionné l'architecture en fonction des possibilités qu'offrait l'époque industrielle, nous devons ouvrir les voies d'une architecture environnementale et d'un design "vert" par une approche à la fois conceptuelle, philosophique et esthétique. » James Wines

 

 

Maison à la Vicomté sur Rance

Projet de maison bioclimatique (BBC) à la Vicomté sur Rance, Côtes d'Armor

 

Voir aussi mon ancien blog "Architecture verte"

Suite →