Test d’infiltrométrie excellent

Résultat Test infiltro

18 février 2013 | Publié dans Actualités | Par

Cette maison bioclimatique en ossature bois, réalisée suivant la RT 2012 à Hédé-Bazouges (35),  vient de subir allègrement son test intermédiaire d'infiltrométrie.

Les détails d'exécution mis au point avec l'entreprise de Charpente "Isoconstruction", qui a également posée les menuiseries extérieures, ont bien été respectés sur le chantier.

Le résultat est à la hauteur des efforts : 0,09 m3/(h.m2) pour 0,60 m3/(h.m2) exigé par la RT2012.

Cela va au-dela de l'exigence "passivhaus"  !

Résultat Test infiltro

 

 

Suite →

Habitation bioclimatique RT 2012

Maison bioclimatique RT2012 à Bréteil

7 décembre 2012 | Publié dans Habitat | Par

Architecte : Michèle Turbin,
collaborateur : Jérôme Turbin
Localisation : Ille et Vilaine, Bretagne
SHON : 120 m² (habitation) + 13 m² (abri)

Maison bioclimatique RT2012 à Bréteil
Vue 3D – Intégration dans le site

2013-CB chantier01
Chantier en cours –  le 12 dec 2012 – Gros-OEuvre : SEDEC, Charpente : IsoConstruction

Pour cette maison, les résultats de l’étude sont :

  • Indice Bbio : 32,9
  • Coefficient Cep, consommation en énergie primaire : 50,6 kwh/m2/a (Chauffage 22, Refroidissement 0, ECS 17.6, éclairage 3.8, auxilliaires 7.2)
  • Le coefficient Tic (Température intérieure conventionnelle atteinte en été) : 29,4°

Comme il s’agit du moteur Th-BCE cette température s’avère souvent inexacte, car le moteur ne prend pas en compte les parois internes au bâtiment. Une simulation thermique dynamique a permis d’approcher de manière plus exacte la température maximale réelle dans le logement.

Nous obtenons un taux d’inconfort :

  • compris entre 0,02 et 0,29 % pour les pièces d’habitation, qui correspond à une température maximale prévue de 26° pendant 18 heures par/an dans une des 4 chambres. La chambre la plus confortable, au rez-de-chaussée aura une température maximale inférieure à 26°. Les chambres 2 et 3 auront une température maximale inférieure à 27°. Le séjour aura une température maximale prévue de 26° pendant 2 heures par/an.
  • compris entre 0,02 et 0,29 % pour les pièces secondaires, qui correspond à une température maximale prévue de 27° pendant 15 heures par/an dans le WC de l’étage.

Programme et contraintes locales

Le terrain de l’opération se situe dans un lotissement. Le programme est celui d’une maison d’habitation individuelle de 5 pièces.
La parcelle est orientée nord-nord-est/sud-sud-ouest et bénéficie d’un bon ensoleillement au sud et à l’est, malgré la présence d’arbres à feuilles caduques, sur des espaces publics limitrophes.
La parcelle limitrophe ouest pourra accueillir une construction édifiée jusqu’en limite séparative.
Le terrain présente une pente de 3,3 % du nord-est vers le sud-ouest.

Réponse architecturale

Implantation, volumétrie, hauteur :

Le bâtiment est implanté dans la zone constructible de la parcelle, à 3m de la limite séparative est. La hauteur de la construction prévue n’excède pas 7,00m à l’égout et s’inscrit dans le volume enveloppe déterminé. La construction est implantée sur 50% de sa façade à l’alignement imposé côté rue, et contenue dans l’emprise constructible. Cet alignement est renforcé par une pergola marquant l’entrée de la maison.
Nota : L’alignement imposé au nord et notre volonté d’aligner l’habitation sur la limite constructible sud pour optimiser l’ensoleillement nous contraint de concevoir une extension au nord, un abri/rangement qui n’était pas programmé par le maître d’ouvrage.

 

Bioclimatisme :

Le volume chauffé en R+1 est compact pour limiter les déperditions thermiques. Le plus petit volume construit au nord abrite cette façade et  protège l’entrée.
L’habitation s’étend au sud afin de limiter les ombres portées du bâtiment voisin.
Les ouvertures au nord sont limitées à l’éclairage de pièces secondaires pour réduire les déperditions thermiques.
Les façades sud et est sont largement vitrées afin de tirer parti de l’ensoleillement en hiver. Des stores extérieurs en lames aluminium orientables assurent la protection solaire estivale ou de demi-saison.
Pas d’ouvertures sur la façade ouest.

2013-CB_02_planRdC

Techniques de construction et matériaux

La construction est sur avec vide-sanitaire avec un plancher isolant.
La structure est réalisée en ossature bois (douglas).
Les murs et la couverture sont isolés avec 14 cm de ouate de cellulose dans l’épaisseur de la  structure + 6 cm de panneaux de laine de bois compressée à l’extérieur pour couper les ponts thermiques.
Le carrelage sur chape, un mur de masse en brique de terre crue au rez-de-chaussée et une chape de 6 cm sur le plancher de l’étage renforcent l’inertie thermique.
Les façades sont en bardage naturel de douglas non raboté , pose ajourée ou en clin.
La toiture terrasse est une « toiture froide », couverte en membrane d’étanchéité qui pourra être végétalisée.
La couverture de l’abri est en polycarbonate alvéolaire avec rives aluminium, prolongé par une pergola en bois laissé naturel, marquant l’entrée.
Les menuiseries sont mixtes bois/aluminium : Uw = 1,4.
Les encadrements des baies de l’étage sont habillés de tôle aluminium laquée jaune.

2013-CB_03_planEtage

2013-CB_03 plan Etage

Equipements

Des capteurs solaires thermiques, pour préchauffer l’eau sanitaire, sont posés sur la couverture.

Aménagement des espaces extérieurs

Le traitement des eaux pluviales, clôtures, végétations
Les eaux pluviales non récupérées ou en excédent seront évacuées vers le réseau en attente du lotissement enterré ou aérien (noues).
Les espaces libres de construction et de stationnement font 160m², il n’est pas nécessaire de planter d’arbre de haute tige.
Le jardin sera traité comme un espace paysager engazonné et planté de bosquets et/ou massifs arbustifs suivant la liste d’essences préconisées dans le cahiers des prescriptions paysagères du lotissement.
En limites séparatives et en fond de parcelle, une clôture grillagée de hauteur 1 mètre maximum, est prévue à maille carrée plastifiée vert. Les poteaux métalliques seront de même aspect. La clôture sera accompagnée de plantations sous forme de massifs arbustifs ponctuels.
Nota : Nous aurions préféré prescrire une clôture de poteaux de châtaignier, bois local, naturel, non traité.
Le traitement des espaces libres, notamment les plantations à conserver ou à créer
Les espaces libres de construction seront engazonnés ou traités en jardin potager. Aucun arbre de haute tige n’est présent sur la propriété. Il sera planté quelques arbustes fruitiers et d’ornement. Pour l’ensemble des plantations, les essences locales seront privilégiées.
L’accès au terrain se fait à l’emplacement prévu par le lotisseur. 2 places de stationnement à l’air libre sont aménagées sur la propriété.

 

Suite →

Habitation bioclimatique à Chantepie

13 octobre 2012 | Publié dans Habitat | Par

Une maison en ossature bois proche du passif

Lieu : Chantepie
Type : maison individuelle
Construction : Ossature Bois
Programme : Maison T5, mezzanine
SHON Habitation : 194 m²
Année de réalisation : 2010
Performances : maison proche du passif.

Le terrain

Le terrain de l’opération se situe dans un lotissement à Chantepie, proche de Rennes.
La parcelle est orientée nord-sud et bénéficie d’un bon ensoleillement. Sa surface est de 900 m². Le terrain est plat et ne possède aucun arbre.

Le programme

Maison bioclimatique en ossature bois à faible impact environnemental, construite en matériaux sains.

Les pièces à vivre (salon, séjour, cuisine) sont ouvertes et disposent d’un maximum de volume. Elles sont ouvertes sur la terrasse/le jardin, créant ainsi une continuité entre l’intérieur de la maison et les espaces verts.

Le projet

Le bâtiment comprend un rez-de-chaussée et un étage construit en attique.
Un abri est intégré au volume d’habitation le long de la limite de propriété à l’Est, formant local de jardinage et préau ouvert pour abriter des véhicules.

L’entrée abritée donne sur un séjour toute hauteur, surplombé par une mezzanine desservant les chambres de l’étage.
Une « suite parentale » et une chambre situées au rez-de-chaussée sont isolées du séjour par un sas, et donnent sur une terrasse protégée des regards, exposée à l’ouest.

Caractéristiques techniques :

  • Ossature bois en Douglas
  • Plancher bois sur vide-sanitaire
  • Couverture Zinc et étanchéité EPDM
  • Production d’eau chaude solaire, capteurs tubulaires
  • Ventilation double-flux de marque Paul (agrée passif)
  • Poêle à bois

Articles en lien :

Suite →

La « Maison sous les Chênes » sort de terre

LesChenes_projet_00

16 juillet 2011 | Publié dans Actualités | Par

Je vous avais présenté quelques images d’un projet de maison sur un terrain enclos de grands arbres à Paimpont au coeur de la forêt de Brocéliande…

LesChenes_projet_00 LesChenes_projet_01 LesChenes_projet_02

Les grands arbres présents sur le terrain ayant déterminé une grande part de l’architecture de ce projet, nous l’avions appelé la « Maison sous les arbres » et c’est un plaisir aujourd’hui de savoir que ses futurs propriétaires l’ont nommée de leur côté la « Maison sous les chênes ».

 

C’est une maison basse consommation d’énergie (BBC) : les premiers résultats de l’étude thermique en phase Avant-Projet donnent 50,8 kWh/m².an.

Le niveau BBC est atteint avec :

  • une isolation renforcée
  • une bonne inertie thermique
  • des apports solaires optimisés (conception bioclimatique)
  • le chauffage par un poêle
  • eau chaude solaire

Voici les premières photos de la réalisation en cours :

 

LesChenes_01

La tarière en pleine action pour le creusage des puits.

 

LesChenes_02

Un puits de fondation.

 

LesChenes_03

Les longrines préparées.

 

LesChenes_04

Les longrines en place. Détail d’une liaison d’angle.

LesChenes_05

Après la mise en place de 16 cm d’isolant dans l’épaisseur des longrines, mise en place des réseaux. La dalle portée va pouvoir être coulée.

 

LesChenes_06

Les arrivées dans la gaine technique. Un calfeutrement de l’isolation remarquable. Les gaines sont bouchées.

 

LesChenes_07

60 mm d’isolation DEVANT les longrines …. et SOUS les longrines. Les ponts thermiques sont minimisés.
Décaissé devant les portes fenêtres pour encastrer les seuils.

LesChenes_08

« La maison sous les chênes » prend sa place.

 

LesChenes_09

La dalle est coulée.

 

LesChenes_10

Planimérie de la dalle vérifiée sous une averse bretonne.

 

articles en lien :

Suite →

Réhabilitation bioclimatique BBC en secteur sauvegardé

montfort_855

11 avril 2011 | Publié dans Actualités, Habitat | Par

montfort_855

BBC : bâtiment basse consommation d’énergie

La construction existante était une ancienne grange située en ville, dans un secteur sauvegardé proche d’un monument historique. De ce fait la réhabilitation de la grange en habitat doit conserver la typologie d’un bâtiment artisanal du XIXe siècle.

 

montfort_125

Le bâtiment existant.

Le bâtiment de plan rectangulaire, orienté nord-est / sud-ouest, comportait deux niveaux. Les murs sont construits en pierre sur une bonne partie du rez de chaussée et ils sont en maçonnerie de terre crue (bauge) dans leur partie haute. Le sol était en terre battue couvert de gravillons au rez-de-chaussée, en plancher de bois à l’étage.

Autre difficulté, les façades longues du bâtiment sont en limites séparatives avec les terrains avoisinants ce qui restreint la possibilité de créer des nouvelles baies. L’architecte des Bâtiments de France nous a aussi déconseillé de trop ouvrir les pignons, car le bâtiment doit être restauré dans le respect de son histoire.

montfort_096 montfort_473

Les modifications du pignons sud-ouest, des volets coulissants seront ajoutés

Nous avons donc choisi d’éclairer plusieurs pièces du logement par une verrière qui remplace une partie de la couverture en ardoise d’un des deux pans de la toiture. Cependant, afin de ne pas supporter de surchauffes estivales, la verrière est protégée par des stores à lames métalliques de couleur proche de l’ardoise. Des capteurs solaires thermiques pour le chauffage de l’eau des sanitaires sont intégrés à la couverture.

Sur le pignon sud-ouest, deux ouvertures horizontales de petites dimensions sont agrandies verticalement et une troisième ouverture est créée à l’étage. La façade sud-est est ouverte en partie haute dans le prolongement de la verrière, pour recevoir des vitrages dépolis, qui donne de la lumière sans offrir la vue sur la propriété voisine.

A l’angle sud, une loggia discrète est incluse dans le volume de l’étage et de la toiture.

montfort_859

La pièce de vie de l’étage en cours de finition.

Pour éclairer de façon naturelle les principales pièces de vie de la maison, nous avons opté pour une distribution de l’ensemble séjour/cuisine à l’étage. Les chambres, bureau, sanitaires et pièces de service sont au rez de chaussée.

Ne pouvant pas non plus faire une isolation par l’extérieur nous avons imaginé une maison dans la grange.
Le bureau d’études Graine d’habitat http://www.grainedhabitat.fr/ a réalisé l’étude thermique.

montfort_866

Les murs sont donc isolés par l’intérieur avec 15 cm de laine de bois.

L’ancien plancher bois devait être démoli car il n’était ni à la bonne hauteur ni assez
solide. Nous avons choisi de construire une dalle béton sur poteaux béton, afin de retrouver une forte masse thermique à l’intérieur de l’habitat, pour la régulation des éventuelles surchauffes d’été.

montfort_200

La structure béton est isolée des murs de pierre et terre.

montfort_335

La couverture est isolée par 25cm de laine de bois.

montfort_349

Test intermédiaire d’étanchéité à l’air. Le bâtiment est mis en dépression.

montfort_847

Un des deux puits de lumière qui éclairent le rez-de-chaussée.

L’escalier se déroule en demi-ellipse sous la verrière, au-dessus d’une jardinière.

montfort_846

Suite →